Browse By

Qu’est-ce que la baisse des taux de crédit immobilier a réellement apporté ?

Le taux de crédit immobilier n’a cessé de chuter ces quatre dernières années. L’observatoire du Crédit Logement a annoncé un taux de 1,41% en septembre contre 4,30% à la fin de l’année 2012. Voici des cas concrets qui démontrent ce que ce taux crédit immobilier a réellement apporté.

Un jeune acheteur, gagnant 1 500 euros mensuel, peut aujourd’hui négocier un taux de 1,60% auprès de sa banque pour un crédit sur 20 ans. Ce qui lui offre la possibilité d’emprunter jusqu’à 101 610 euros. En 2012, ce taux aurait avoisiné les 4,30% et le montant du prêt n’était plus que 79.594 euros.

Un couple, dont le revenu mensuel est de 5 000 euros, de leur côté, peut négocier un taux de crédit immobilier à 1,45% pour la même durée et obtenir un emprunt de 343 572 euros. En 2012, ce profil d’emprunteur n’aurait eu droit qu’à un taux de 4,10% avec une totalité d’emprunt de 269 933 euros.

L’évolution du prix de l’immobilier ne fait pas partie des éléments pris en compte dans cette étude. En dehors de Paris, les prix se stabilisent, voire revus à la baisse, sur la plupart des marchés.

1 propriétaire sur 6 envisage de renégocier son crédit immobilier

Malgré des taux constamment en baisse, la plupart des Français ne veulent toujours pas renégocier les termes de leur crédit immobilier avec leur banquier. Cette constatation est le résultat d’un sondage BVA pour Foncia, publié le vendredi 24 Avril. D’après l’étude, 57%  des Français ont déjà souscrit un emprunt immobilier. Parmi eux, 15% affirment ne pas avoir cherché à renégocier leur taux d’emprunt immobilier, mais envisagent de le faire, surtout les jeunes (30%) et les cadres (26%).

Parmi ceux qui l’ont déjà fait (51%), 30% affirment avoir obtenu ce qu’ils voulaient, 12% n’ont été que partiellement satisfaits et 9% n’ont pas eu gain de cause. Ensuite, il y a ceux qui n’ont jamais renégocié et qui ne comptent pas le faire. Les principales raisons étant la paresse d’effectuer les démarches (22%) et un fatalisme concernant l’aboutissement de la demande. Par ailleurs, 55% des Français ayant contracté un emprunt immobilier ont déjà fini de le rembourser.